Découvrons le manul !

Découvrons le manul !

En allant visiter le zoo de Mulhouse il y a quelques temps, j’ai eu l’occasion de découvrir un animal que je ne connaissais pas du tout : il s’agit du manul. Peut-être en avez vous déjà entendu parler ou avez vous déjà vu cet animal assez atypique ?

manul-brigitte-sillam

Origine et habitat du manul

Ce félin appelé aussi chat de Pallas est un mammifère carnivore originaire d’Asie. S’il reste un animal rare, il est cependant relativement abondant en Mongolie et au Tibet. Il est également présent, bien que moins nombreux dans les régions suivantes :
Kazakhstan, Iran, Afghanistan, Baloutchistan, Ladakh, Ouest de la Chine, Sud de la Russie, Sibérie, mer Caspienne et sud du Turkménistan.
Le manul s’adapte à différents climats : s’il possède une épaisse fourrure pour se protéger du froid, on le trouve toutefois dans les zones arides en montagne, dans les steppes et déserts pierreux, ou de façon générale dans les zones rocheuses. Il est néanmoins absent des plaines et déserts de sable et préfère les zones de basse altitude.
C’est un animal solitaire qui utilise son environnement pour se cacher (un habitat rocheux lui permet de se camoufler grâce à son pelage gris) : les petites grottes ou terriers sont pour lui un excellent moyen de s’abriter. Toutefois il ne creuse pas lui-même ses cachettes mais occupe plutôt les terriers abandonnés et les grottes.

Caractéristiques et mode de vie

Le manul est un carnivore prédateur qui se nourrit essentiellement de petits mammifères comme les rongeurs, chauve-souris, écureuils mais aussi des lézards, sauterelles et petits oiseaux. Pour chasser, il se dissimule grâce aux rochers ou la végétation, rampe au ras du sol avant de bondir sur sa proie. S’il est prédateur il est également lui-même la proie de plusieurs autres animaux terrestres ou aériens comme les renards, loups ou rapaces. On comprend alors qu’il favorise les habitats « cachés » comme vu précédemment.

Une espèce menacée

Le manul est une espèce menacée, celle-ci est inscrite dans la catégorie dite Quasi Menacé (NT) sur la liste rouge de l’IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature)
Sa chasse est d’ailleurs interdite dans de nombreux pays et le commerce de sa fourrure convoitée est strictement réglementée.
Brigitte Sillam