Les différents types de thés

Après plusieurs articles sur la nourriture comme les fondues asiatiques, la recette des calissons ou encore quelques astuces de cuisine, c’est aujourd’hui sur le thé que moi Brigitte Sillam ai décidé de me focaliser. On emploie souvent l’expression l’art du thé, ça n’est pas pour rien: on recense en effet un nombre impressionnant de types de thé aux composantes, saveurs et vertus très différentes. Découvrons ensemble quels sont ces différents types de thés, afin de trouver celui ou ceux qui vous correspondront le mieux !

Une multitude de thés, un seul arbre

 

théier-brigitte-sillam

Origine du théier

Si les sortes de thé sont diverses et variées (comme nous le verrons un peu plus bas), toutes proviennent d’un seul et même arbre : le théier, ou Camelia Sinensis.

De la famille des Théacées, cet arbuste originaire du Moyen-Orient est à feuilles persistantes pouvant atteindre jusqu’à 15 voire 20m ou 30m dans des cas plus rares. Un climat chaud et humide lui est favorable pour pousser ; on le trouve, à l’état sauvage au Nord de la Thaïlande et du Laos, au sud-ouest de la Chine et au sud-est de la Birmanie.

Le théier se cultive essentiellement en zones chaudes tempérées telles que la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Sri Lanka, le Kenya, la Turquie, le Japon, l’île Maurice, les Açores ou encore l’Argentine.

Fabrication du thé

Le processus de fabrication du thé passe par plusieurs grandes étapes : flétrissage, roulage, fermentation, dessiccation et tamisage. Toutefois, la façon de procéder varie selon le type de thé ce ce qui fera certainement l’objet d’un prochain article sur ce présent blog.

A titre indicatif, on estime que pour produire 2,5 kg de thé séché, il faut environ 10 kg de feuilles.

Les différents types de thé

La notion de différentes sortes de ce breuvage est en vérité relativement récente car l’on consommait des siècles durant exclusivement les thés produits localement. D’autant plus que ces derniers correspondaient aux exigences/besoins liés aux conditions climatiques locales.

Si l’arbre est commun à toutes les sortes, plusieurs facteurs comme le lieu de culture, le climat, le type de cueillette ou le mode de fabrication vont donner au thé son « caractère ».

Thé noir

the-noir

Plus chargé en théine que ses congénères, le thé noir serait la seconde boisson la plus consommée dans le monde (après l’eau bien sûr). Fait surprenant, c’est en laissant accidentellement fermenter du thé vert au cours d’un trajet de la Chine vers l’Angleterre que le thé noir aurait été créé ! Cet «invention-accident » me rappelle un peu l’histoire des corn-flakes !

Il existe deux façons de le fabriquer : fabrication orthodoxe et fabrication CTC. Pour en savoir plus sur ces procédés je vous invite à consulter un autre de mes articles ici : Brigitte Sillam vous présente la fabrication du thé noir.

On pourra citer le Lapsang Souchong, le thé noir de Keemun, le Darjeeling ou encore le Yuhann Dian Hong. Il présente des vertus antioxydantes permettant d’améliorer la circulation sanguine et aider à lutter contre le vieillissement.

Pour résumer, le thé noir est donc un thé vert totalement oxydé. Fait curieux, les chinois le qualifient de « thé rouge » !

Thé blanc

the-blanc-sillam

Il s’agit du thé le moins travaillé puisque ses feuilles sont simplement flétries puis séchées. Il ne subit donc aucune fermentation et se caractérise par son goût fin et sa faible teneur en théine. Il peut donc être bu en après-midi, voire en soirée. Il est issu des trois premières feuilles du bourgeon du théier qui sont simplement séchées .

N’étant pas oxydé, il reste très pur et conserve davantage de bienfaits de la feuille de thé : vertus antioxydantes , renforcement des défenses immunitaires et de la santé cardiaque, réduction du taux de mauvais cholestérol, atouts beauté (sur la peau ou la perte de poids)

Thé vert

Chinese Longjing green tea

A mi chemin entre le blanc et le noir puisqu’il subit, au cours de sa fabrication, un process d’oxydation mais très légèrement. Très populaire en Chine et au Japon, il constitue aussi l’ingrédient de base du thé à la menthe.

On lui attribue de nombreuses vertus : favoriser l’autodestruction des cellules cancéreuses, meilleure densité osseuse, réduire le risque d’être atteint de démence…

Il existe de très nombreuses de catégories de thé vert, aussi bien chinoises que japonaises. Citons par exemple le Gunpowder, le Huang Shan Mao Feng, le Long Jing en Chine et le sencha, matcha ou genmaicha au Japon. On trouve aussi maintenant du thé vert dans de nombreuses autres régions du monde comme au Vietnam ou en Thaïlande.

D’ailleurs le thé vert est mon préféré à moi Brigitte Sillam.

Le thé Oolong

the-oolong

Originaire de Chine et également appelé « dragon noir », il s’agit d’un thé dont la fermentation a été interrompue. On en trouve en vérité deux sortes, l’une avec un faible taux de fermentation (10 à 15%), l’autre avec un taux 4 à 7 fois plus important (de l’ordre de 70%).

Pauvre en caféine, le Oolong se caractérise par sa couleur bleue et est généralement constitué de feuilles entières. Il serait également recommandé pour perdre du poids : une étude de l’Université du Colorado a ainsi affirmé que ce « thé bleu » avait la faculté d’aider à combattre et prévenir l’obésité ainsi que stéatose hépatique. Par ailleurs, sa forte teneur (plus importante encore que le thé vert) en antioxydants favoriserait d’autant plus la perte de poids.

Le Rooibos (ou thé rouge)

 

Le rooibos n’est quant à lui pas issu du théier mais un arbuste originaire du sud de l’Afrique, l’Aspalathus Linearis. Il ne contient par conséquent que très peu de tanin, ce qui le rend parfait pour les infusions.

Souvent associé à des goûts fruités ou épicés, le rooibos se consomme souvent avec du lait et/ou du sucre. Toutefois même sans ces ajouts sa saveur reste douce, ce qui le rend de plus en plus populaire parmi les non-amateurs de thé.

La teneur antioxydante de ce breuvage lui confère d’aider à lutter contre les affections cutanées (allergies, eczéma), les coliques et les troubles du sommeil (le rooibos ne contenant pas de théine, on peut tout à fait en boire une tasse avant d’aller dormir).

 

Allez, pour terminer cette (longue) présentation des thés, je vous invite à visualiser la vidéo suivante si vous souhaitez vous lancer dans votre propre culture :

 

Si la cuisine au sens large vous intéresse, je vous propose de découvrir également 10 informations insolites sur le sujet !
Brigitte Sillam

Publicités